Accueil > Galerie > Mandalas Angkoriens

> Angkorian French Formal Gardens Mandalas

Angkorian French Formal Gardens Mandalas

Quatre siècles et 12 000 kilomètres séparent l'apogée de l'empire khmer angkorien et celle de la France du grand siècle, symbolisée par un "Empereur Dieu" moderne : le très catholique mais néammoins "Roi Soleil" Lous XIV, le plus puissant tyran de son époque.
Les observations archéologiques nous indiquent que les temples angkoriens siègaient, faisant face à de grandes esplanades, à l'instar des chateaux du grand siècle. Comme à Angkor, les perspectives étaient géométriques et découpaient l'espace comme les lignes de forces d'un gigantesque mandala.
Comme à angkor, les architectes-paysagers comme Le-Vaux, Le-Nôtre et consorts étaient passés maîtres dans l'art de tricher avec les largeurs des tracés pour provoquer des impressions amplifiées de profondeur / d'infinité.
C'est pourquoi cette artistiquement très eurasienne série de mandalas angkoriens, nous propose comme une vision des temples décalée, comme de science fiction, mais finalement fort peu éloignée de la réalité des paysages monumentaux d'autrefois.
Ajoutons que nous avons eu le plaisir avant notre installation à Angkor de vivre longuement à proximité de deux des plus fameux de ces parcs (Versailles, et Sceaux) et que cette série est un authentique partage de nombreuses hallucinations survenues lors d'une carrière de 30 ans de promenades bucoliques et ensoleillées.

ORANGERIE TERRA MOHA HARI-HARA LAYA

nuklear angkorian mandala

Hari-Hara est le nom d'une divinité adorée dans les temps angkoriens reculés (9e siècle et avant) et résultant d'une fusion entre Siva et Visnu soulignant ainsi leur appartenance à une seule entité divine supérieure et qui n'est pas sans rappeller le principe chinois d'entité divine résultant de la fusion Yin-Yang... Hariharalaya était le nom de la première capitale angkorienne, résidence de Hari-Hara, située aujourd'hui dans le secteur du village de Roluos et autrefois articulée autour du complexe monumental connu sous le nom de Prasat Bakong.
Ce Moha (grand en sanskrit) Hari-Hara Laya est une invention mystique et symbolique personnelle résultant de l'alignement / fusion optique entre Angkor Vat au premier plan, plus grande demeure de Visnou jamais érigée (Moha-Hari-Laya) et Prasat Bahuon, plus grande demeure de Siva jamais érigée (Moha-Hara-Laya).
Les deux monuments sont mis en scène sur une kaléïdoscopie des jardins de l'Orangerie du chateau de Versailles, la pièce d'eau des Suises en arrière plan se démultipliant pour former les 4 océans encerclant ce très imposant Mont Meru.
Enfin notre planète, la Terre (photographiée par la NASA - mission Apollo 17) esr installée comme divinité principale au centre de la composition, comme protégée par la double structure monumentale, ce qui permet à l'utilisateur de ce mandala d'aider un peu le Bon Dieu à nous préserver de l'apocalypse qui serait survenue depuis longtemps si il n'y'avait pas comme nous des gens occupés à lutter concrêtement contre la folie destructrice des hommes (et aussi des femmes tout de même un peu).
Enfin : nous avons affaire à un authentique Angkorian Kalachakra validé par notre autorité rabbinique personnelle, car associant aussi bien à lintérieur et à l'extérieur de la partie monumenale (à 7 niveaux et plus) les 4 éléments : feu, air, eau, terre.

VAUX MOHA-NIYUM ANGKOR WAT CLOISTER

nuklear angkorian mandala

Les jardins du chateau de Vaux le Vicomte sont l'oeuvre de Andre Le Nôtre, Nicolas Fouquet étant le bailleur de fonds et "proprétaire". Angkor Vat, sa tour centrale et les toitures de son préau cruciforme, est seul monument ici mis en scène.
L'élément principal de la composition est un Yoan / Yantra khmer appelé Moha-Niyum, car il confère à son détenteurla propriété d'être grandement aimé et apprécié de son entourage.
Cette version du Yoan Moha-Niyum se présente sousla forme d'un phylactère complexe dans lequele sont installées des syllabes de Mantras en Pâli, qui peuvent être lues dans n'importe quel sens, non seulement de gauche à droite et inversement, verticalement ou horizontalement mais aussi en spirale depuis le centre ou depuis les extremités ou encore en diagonale.

RED ROSE ANGKOR WAT CLOISTER

nuklear angkorian mandala

Angkor Vat, sa tour centrale et les toitures de son préau cruciforme, est seul monument ici mis en scène... La composition fleurie permet à l'utilisateur méditant sur ce mandala de réduire les effets des destructions d'abeilles par les pesticides en favorisant une pollenisation artificielle certes mais spirituelle et donc à priori non polluante.
Au coeur du machin: la rose mise en scène permet de contempler l'essence même de la vie et de la beauté ce qui à priori ne sert à rien, mais tout de même sait-on-jamais?

ANGKOR WAT WHITE WINTER

nuklear angkorian mandala

Une mise en scène bucolique, hivernale et raffinée d'Angkor Vat au milieu des jardins du Chateau de Versailles et faisant théoriquement face au Palais de Louis XIV, Maître du Monde du XVIIIe siècle cette vision étant issue d'un continuum espace-temps parallèle et facilement accessible grace aux exercices de méditations appropriés.
La divinité mise en scène est une "porte de l'âme" c'est à dire un zieu, dans lequel chacun d'entre nous peut, si il se donne la peine d'approcher un peu son prochain ou sa prochaine, contempler l'infini ou le néant de cette petite flamme divine dont nous sommes tous dépositaires - mêmes les bretons et les ouïgours - et qui anime les tas de matière constitués par nos organismes.

YI JING ANGKOR TOOTH

nuklear angkorian mandala

Angkor Thôoth (petite cité impériale) est le nom couramment donné par les khmers - jamais par les autorités touristiques - et désignant la ville antique établie par Suryavarman II au début du 12e siècle, ceinte par un périmètre de douves et de murailles, et articulée autour du plus célèbre monument angkorien : Angkor Vat.
Les 4 océans encerclant le monument sont une kaléïdoscopie du Grand Canal des Jardins du Chateau de Versailles.
Le centre de la composition reçoit un Yi-King complet - Yin-Yang, trigrammes et hexagrammes - c'est à dire la roue des transformations perpetuelles universelles et individuelles - littéralement incrustée dans les redents et rinceaux du soubassements du troisième étage d'Angkor Vat.

SRY YANTRA ANGKOR THOM

nuklear angkorian mandala

Angkor Thom (grande cité impériale) est le nom de la ville antique établie par Jayavarman VII au début du 13e siècle, ceinte par un périmètre de douves et de murailles, et articulée autour du prasat Bayon.
Le principal de cette composition monumentale est constitué par le Palais Royal des Empereurs Angkoriens, qui était jadis principalement constitué de structures charpentes et tuiles.
les 4 océans encerclant le monument sont une kaléïdoscopie du Grand Canal des Jardins du Chateau de Versailles.
Le centre de la composition reçoit un Sry-Yantra Indochinois, c'est à dire une dérivation graphique et mystique personnelle du classique sry-yantra indien, articulé autour dun Yin'-Yang chinois.
"Sacrilège!" nous direz-vous? "Veuillez modérer vos propos" rétorquerions-nous!
De même que le tigre du bengale diffère un peu du tigre indochinois, eh bien il est normal qu'il en soit de mêmes pour les deux Sry-Yantras! Et ce n'est pas tout : le Yin-yang et le Sry-Yantra sont deux symboles identiques - l'union indéfectible et surpuissante des oppositions - représentée par des graphotypes - indéfectibles, surpuissants et opposés.
Essayez donc un peu de méditer là-dessus et vous verrez bien qu'il n'y a pas de lézard!

CLASSIK APSARA ANGKOR WAT

nuklear angkorian mandala

Aucune autre addition d'element autre que Angkor Vat dans cette realisation distillant avec elegance son energie cosmique.
Divinite installee : Apsara. Une nymphe rattachee a un mythe visnouite et constituant encore aujourd'hui un genre d'ideal feminin Angkorien.

 

BAYON VERSAILLES SATUES ESPLANADE

nuklear angkorian mandala

....