L'Art du Mandala

ORIGINE DU MOT MANDALA मण्डल

Mandala est un mot sanskrit difficile à traduire littéralement. Disons qu’il désigne une notion mélangeant les concepts de cercle, de sphere, d'environnement.

Ce terme pourait être à l’origine de certains mots couramment utilisés dans les langues indo-européennes ; Le français-anglais “mental”, l’anglais “meddle”, le français “monde”, etc. En khmer moderne, ce terme est utilisé en composition avec d’autres mots et exprime également l’idée de centre, (geometry, gravity, ...) de pôle.

origine du mot mandala
la roue du temps

Le MANDALA, composante monothéiste des religions orientales

Les “religions orientales” comme l’Hindouïsme et le Bouddhisme sont connues pour leur multitude de divinités qui souvent sont elles-mêmes multi-formes.

Mais elles le sont moins par leur composante “monothéïste” : Le Mandala qui est une vision de l‘Univers englobant toute créatures existantes au premier rang desquelles ces divinités. Celle-ci peut être traduite le plus simplement possible par un infiniment grand (le Cosmos) et un infiniment petit (l’Esprit, l’Âme); entre ces deux extrêmes qui se rejoignent, il y a un pivot qui est l’Individu.

Ce que l’on sait encore moins, c’est que l’on est face à un concept mathématique-géométrique où l’Infini est placé à l’extérieur, son inverse le Zéro au centre ; l’individu-pivot, "l’Unité-Indivisible" : c’est le chiffre “1” qui est son propre inverse mathématique.

Le MANDALA une tradition picturale

Finalement le terme “Mandala” est surtout connu pour désigner une tradition picturale, un art de la peinture religieuse (Hindouiste, Bouddhiste, Taoiste ...) et particulièrement vigoureuse dans le “Monde Indien” (Inde, Tibet, Népal, Bhoutan), étendu à l’Indochine et à l’Indonésie.
Cette composition associant de manière simple et efficace un Iindividu Suprême – une divinité, son esprit, son symbole – et le Cosmos constitue un support de recueillement ou de méditation idéal.

Le MANDALA une tradition picturale

Principales formes du mandala

exemple de thangka

Les THANGKAS

La forme la plus courante de Mandala est celle du Thangka (« Tangka », « Thanka» ou «Tanka »  ).
Le Thangka est une toile de coton ou de jute épaissie à la chaux et peinte à la gouache; sa composition est souvent complétée par des dorures.

Répandu partout en Inde, au Népal ou au Tibet, le Thanga est de toute taille. Cela peut être un tableau accroché sur le mur d’une maison, les sanctuaires d’un temple… Cela peut être aussi un petit porte-bonheur que l’on porte toujours sur soi.

Il existe aussi des thangkas monumentaux que l’on déroule sur un mur, une pente ou une falaise, ou alors sur une structure métallique spécialement dressée à l’occasion d’une importante cérémonie.

Mandala éphémère : les mandalas de sable

Les mandalas éphémères plus sophistiqués, sont réalisés par un groupe de moines lors de cérémonies importantes du bouddhime tantrique. Le mandala de sable coloré prend des jours à être réalisé...

Chaque étape de réalisation est célébrée par une cérémonie religieuse adéquate ... Des psaumes sont récités en permanence pendant toute la célébration.

Le mandala est ensuite dispersé à la fin de la cérémonie. Le sable est béni et réuni dans de petits sacs livrés aux personnes présentes à la célébration qui accompliront un bienfait – la démonstration finale de l’impermanence de la beauté - en les dispersant dans l’air, le feu, la terre ou l’eau.

Le MANDALA une tradition picturale
exemple de yantra exemple de yantra exemple de yantra

YOAN, YANT, YANTRA

Yantra (prononcé « Yoan » en khmer, « Yan » en Thaïlande et au Laos) est un mot sanskrit qui signifie littéralement : « mécanique » et par extension dans le langage courant « moteur » et par extension « véhicule ».

Contrairement au mandala dans lequel la composition est un tableau multicolore dont les composants sont plus ou moins figuratifs, les yantras angkoriens sont des ensembles sophistiqués de Mantra (syllabique psaumes rédigés en pali, langage canonique du bouddhisme Theravada) et organisés dans des phylactères au formes magiques.

Ces compositions graphiques suivent des fonctionnements mystiques et des mises en page similaires à celles de l'art du mandala et servent à des usages similaires : la méditation, l'offre, la protection, et même l'exorcisme.

La forme la plus courante reste des motifs finement tracés à l’encre noire sur « des tissus de robes de moine » et suspendus à l'intérieur de la maison face à la porte ou bien que l’on porte sur soi : dans sa poche ou dans son véhicule… Ainsi, cet art divinatoire concerne la presque totalité de la population angkorienne moderne.

Dans la catégorie des yantras ultimes citons l'art du tatouage rituel (« sak Yoan » ou « sak Yant ») comme une protection magique, permanente et éternelle (au moins jusqu'à la fin de la vie de son propriétaire - traditionnellement, un gourou-moine ou un soldat).

Mais avec l’ouverture culturelle et la plus grande facilité avec laquelle chacun peut voyager, le Yantra – surtout sous sa forme tatouée - est maintenant de plus en plus connu et adopté hors des frontières du monde angkorien moderne.

MANDALA 3D – Monastère de Samye

Plan-Mandala en 2D
Plan-Mandala en 2D
Le Sanctuaire sur son Plan-Mandala
Le Sanctuaire Principal du Monastère, sur son Plan-Mandala
Développement 3D du Plan-Mandala
Développement 3D du Plan-Mandala
similitudes monastère et plan mandala
Vue aérienne du Monastère et mise en avant de ses similitudes – design, coloris – avec le Plan Mandala

Caractéristiques du Mandala

Fractalité

Fractalité désigne la caractéristique d’un objet ayant tendance à présenter la même structure quelle que soit la distance – grande ou petite - depuis laquelle on l’observe.

exemple de fractale
exemple de fractale
exemple de fractale

Infimiment grand

Galaxies, gravitation des planètes et des satellites

infiniment grand
Cellules de plancton atome neurones

Infimiment petit

Cellules de plancton, atome, neurones